Pour Goldman Sachs, l’impression 3D est un « destructeur créatif »

Pour Goldman Sachs, l’impression 3D est un « destructeur créatif »

Quand la banque d’investissement Goldman Sachs s’intéresse à un secteur, c’est que ce dernier est vraiment porteur. On peut faire confiance à « la firme », comme on la surnomme, pour anticiper les bons plans financiers. Et c’est l’impression 3D qui a eu les faveurs du géant controversé il y a quelques jours. Le secteur apparait avec 7 autres dans un rapport qui s’intéresse aux « destructeurs créatifs », autrement dit ces business qui révolutionnent des marchés déjà en place et qui les cannibalisent. Autres thèmes cités, la cigarette électronique, le Big data ou l’éclairage LED.

Goldman Sachs souligne comme principaux avantages de l’impression 3D la possibilité de customisation avancée, la baisse des coûts pour des produits complexes à créer ou encore le transport raccourci et donc les économies réalisées, encore une fois. Boeing est pris en exemple, avec l’impression de 300 pièces d’avion pour baisse de coûts de 25 à 50%. De quoi donner envie, la preuve, Goldman Sachs explique que l’impression 3D a déjà commencé à envahir les marchés de la médecine, de l’automobile et de l’aéronautique. Le marché est déjà estimé à 2,2 milliards de dollars, et devrait être de 10,8 milliards de dollars en 2018. Le leader incontesté est Stratasys avec 50% du marché, devant 3D Systems et ses 18% de parts de marché. On n’a donc pas fini d’entendre parler de ce secteur !

3D printing 2 3d priting 1

Le rapport complet :

2013-08-07 (Goldman Sachs) United States_ the Search for Creative Destruction.64118432 by HenryC

--
Cet article a été rédigé par +Flavien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *