Interview : le premier livre sur l’impression 3D

Interview : le premier livre sur l’impression 3D

Devant le succès du secteur et surtout sa montée en puissance, il est logique de voir la littérature se développer sur l’impression 3D. Que ce soit en ligne, avec Mon Univers 3D, ou avec des livres, comme « L’impression 3D », premier ouvrage dédié au sujet. Il a été écrit par Mathilde Berchon, consultante spécialisée en impression 3D et open hardware. Il s’intéresse aux champs d’applications possibles, aux imprimantes disponibles, à ce que ce secteur pourrait changer mais donne aussi des conseils aux particuliers. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Mathilde Berchon. Voici ses réponses, merci à elle !

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Mathilde Berchon, je suis la fondatrice de MakingSociety.com, un blog et podcast dédié à aider les entrepreneurs à monter leur startup hardware.

  • Vous venez de sortir un livre sur l’impression 3D. De quels aspects traite-t-il exactement ?

L’impression 3D est un panorama complet du domaine, qui explique les différentes techniques, matériaux, modèles aussi bien dans le monde industriel que pour les particuliers. C’est un ouvrage très illustré qui comporte de nombreux conseils pratiques mais revient aussi en détail sur les multiples champs d’implication (architecture, aérospatial, industrie alimentaire, mode…) et l’impact de l’impression 3D sur notre société.

  • Quels sont pour vous les principaux champs d’application de l’impression 3D ? Les secteurs les plus concernés ?

L’impression 3D est très polyvalente. L’industrie du luxe, et tout particulièrement la bijouterie, ainsi que l’industrie dentaire, l’aérospatial et le cinéma l’utilisent déjà avec succès. Les industries de biens de consommation (sport, objets pour la maison, high-tech) sont aussi grandes utilisatrices, mais plutôt à des fins de prototypage.

  • Quel regard portez-vous sur la sortie d’imprimantes de moins en moins chères ? Pensez-vous que l’arrivée auprès du grand public peut être rapide ?

Les prix ont baissé drastiquement cette dernière année et chaque semaine apporte de nouvelles avancées. Il est désormais possible de se procurer une imprimante 3D fiable pour environ 400 euros. L’intérêt du grand public est certain. De nombreux sites internet proposent maintenant des modèles 3D prêts à imprimer, et des magasins spécialisés ouvrent en France. Cela devrait permettre à toujours plus d’utilisateurs de s’équiper.

impression 3D

  • Quel impact peut avoir l’impression 3D sur notre société ?

Vaste question! L’impression 3D est en passe d’entrainer de nombreux changements, à la fois en ce qui concerne la customisation de masse (les objets peuvent être imprimer à la demande, selon les goûts du consommateur), des formes nouvelles et plus ergonomiques (l’impression 3D permet de créer des formes encore jamais réalisables jusqu’ici), le partage d’objets entre particuliers, l’optimisation de pièces dans l’industrie lourde… L’impression 3D participe de l’arrivée d’un monde moins dépensier en énergie et plus à l’écoute du consommateur.

  • Pour certains, les réels débouchés ne sont pas prêt d’arriver et il faudra attendre encore longtemps pour les voir se produire. Pensez-vous que l’explosion du secteur peut être rapide ?

Oui. De nombreux grands acteurs tels que Microsoft, eBay ou Amazon y croient déjà et commencent à intégrer l’impression 3D dans leurs outils. En parallèle, les passionnés d’impression 3D sont toujours plus nombreux chaque mois, et participent activement à créer des modèles d’objets, améliorer les machines, former chacun à l’utilisation des outils. La croissance est palpable.

  • Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant se lancer dans l’impression 3D mais qui n’y connait pas grand chose ?

Achetez « L’impression 3D » et ouvrez la porte d’un lieu de fabrication ou « FabLab », ils sont nombreux en France et possèdent pour la plupart une imprimante 3D.

--
Cet article a été rédigé par +Flavien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *