L’impression 3D fait son entrée dans la diplomatie internationale

L’impression 3D fait son entrée dans la diplomatie internationale

Certains gouvernements ont fait de l’impression 3D un grand chantier technique et, par extension, politique. Armement, design, industrie mais aussi le grand public sont autant de marché qui ont à attendre de l’impression 3D dans les prochaines années. Les Etats-Unis (portées par le président Obama qui semble s’y intéresser au plus haut point), la Chine ou encore le Royaume-Uni sont les trois pays qui débloquent le plus d’investissements aujourd’hui pour développer l’impression 3D. Mais ces dernières semaines, l’impression 3D a été à l’honneur lors de deux visites diplomatiques.

D’abord lors de la visite du premier ministre britannique en Israël. Dans les traditionnels présents échangés entre les nations, M. Cameron a offert à M. Peres une sculpture imprimée en 3D et représentant des nano-particules à vocation médicale (fruits d’un travail commun entre deux universités israélienne et britannique). Aux Pays-Bas et lundi dernier, c’est M. Obama qui eu le droit, pendant une visite officielle, à la présentation de la fameuse maison imprimée ; Canal House.

M. Obama devant une maquette de Canal house

M. Obama devant une maquette de Canal house

La sculpture offerte par M; Cameron à M. Peres

La sculpture offerte par M; Cameron à M. Peres

--
Cet article a été rédigé par +Francois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *