Et si on imprimait soi-même son maquillage dès demain ?

Et si on imprimait soi-même son maquillage dès demain ?

Parmi les secteurs d’activité qui pèsent très très lourds et qui pourraient changer du tout au tout grâce à l’impression 3D, on peut citer sans se tromper le maquillage. On n’y avait pas vraiment pensé jusque là, mais Grace Choi, ancienne étudiante de 30 ans élevée à Brooklyn, s’est chargée de nous initier à la chose lors de la dernière édition du Techrunch Disrupt. L’idée de sa start-up est de récupérer le code hexadécimal d’une couleur directement en ligne grâce à un outil à la Photoshop,  puis de l’imprimer chez soi à partir de diverses crèmes et poudres. De quoi amener la mode à la maison à tout petit prix et court-circuiter toute une industrie…

Mink, la start-up en question, n’a pas encore levé de fond car sa fondatrice est plus intéressée par l’éducation de masse et le « hack » que par le fait de faire de l’argent. Mais l’idée est vraiment révolutionnaire et parait très crédible, L’ancienne employée de Burger King (comme quoi le fast food mène à tout) propose même des vidéos qui permettent de hacker une imprimante HP traditionnelle pour s’imprimer son maquillage ! Un projet à suivre de près, cela pourrait bien s’avérer être une vraie révolution pour beaucoup de femmes… Un portrait entier lui est consacré sur Business Insider, c’est passionnant, on vous invite à le lire.

--
Cet article a été rédigé par +Flavien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *