Interview : Frame Punk, pour imprimer en 3D ses lunettes

Interview : Frame Punk, pour imprimer en 3D ses lunettes

L’impression 3D est un secteur qui bouillonne. Ses acteurs, de plus en plus nombreux, innovent sans cesse et proposent des sites, plateformes et produits qui façonnent chaque jour le marché de demain. C’est en les écoutant que nous comprendrons mieux vers où l’impression 3D va. Nous avons donc décidé d’interviewer plus d’acteurs du marché, en commençant aujourd’hui par Frame Punk, une startup qui nous vient de Berlin et qui propose l’impression 3D de lunettes. Son co-fondateur Nicolas Farnir nous explique sans cette interview l’intérêt du concept et en quoi cela pourrait bien changer la manière dont nous voyons nos montures. Merci à lui pour ses réponses !

frame punk

  • Pour commencer, pouvez-vous commencer par présenter votre rôle dans la société ?

Je m’appelle Nicolas Farnir, j’ai 25 ans et suis le co-fondateur de Frame Punk. Notre société a été créée en avril de cette année par Andreas Ketzlar, un ami que je connais depuis de longues années. Ayant fait des études de « Management International » en France et en Allemagne, je suis responsable de la recherche d’investisseurs convaincus par notre idée et souhaitant investir dans notre entreprise. De plus, je gère une partie des tâches au niveau du marketing, tandis qu’Andreas est plutôt responsable du développement de nouveaux designs de lunettes.

  • Quel est le concept de Frame Punk ?

Notre concept est relativement simple: nous souhaitons vendre des lunettes imprimées 3D grâce à notre boutique en ligne. Toutefois, nous comptons laisser le plus de liberté possible à nos clients, c’est-à-dire que celui-ci peut choisir parmi différents types de lunettes (lunettes de soleil ou lunettes de vue), différents modèles, différentes couleurs et tailles, etc… Le client peut donc configurer ses lunettes comme il le souhaite grâce à notre boutique.

  • Quels sont les avantages pour les clients potentiels?

Les clients ont un choix énorme lorsqu’ils achètent leurs lunettes chez Frame Punk. Nous proposons 10 couleurs différentes pour chaque modèle de lunettes (d’ailleurs la couleur des branches peut être différente de la couleur de la partie avant) ainsi que de nombreuses possibilités de personnalisation au niveau des verres ou de la taille.
En effet, nous proposons chaque modèle dans 5 tailles différentes, comme c’est par exemple le cas pour les vêtements. Grâce à cela, le client obtiendra des lunettes mieux adaptées à sa forme de visage.

Sinon, je tiens à préciser que nos lunettes sont extrêmement résistantes. En effet, nous utilisons un polyamide, matériau très flexible et résistant à toute sorte de chocs. Les branches par exemple seraient bien plus flexibles que des branches de lunettes plus traditionnelles.

  • Comment avez-vous eu l’idée du service ?

Andreas, le fondateur de l’entreprise, est opticien. En 2013, il avait lu un article à propos de lunettes imprimées 3D dans un magazine spécialisé et s’est ensuite intéressé aux possibilités offertes par cette technologie. À la fin de ses études en 2014, il a alors décidé de créér l’entreprise, étant persuadé que les lunettes imprimées 3D offraient bien plus de possibilités de personnalisation au client qu’un opticien traditionnel.

  • Quelle part du travail est faite via l’impression 3D ? Sur quelles machines travaillez-vous ?

D’une part, nous avons une imprimante 3D de salon, c’est-à-dire un exemplaire qui coûte seulement à peu près 2.000€. Grâce à cette imprimante, nous développons les prototypes pour nos prochains modèles de lunettes. Par contre, la qualité des prototypes n’est pas suffisante pour vendre nos lunettes.

C’est ainsi que, d’autre part, nous coopérons avec une entreprise munichoise qui produit les lunettes sur des imprimantes 3D bien plus performantes. Ces imprimantes coûtent plusieurs centaines de milliers d’Euros et produisent des lunettes d’une qualité irréprochable. En fin de compte, à part les verres et les charnières, l’ensemble de nos lunettes sont produites à l’aide de l’impression 3D.

frame punk 2

  • Quels sont les objectifs de Frame Punk ?

Frame Punk souhaite dans un premier temps réussir à établir sa marque. Le technologie d’impression 3D est très récente, les clients ne connaissent pas toutes les possibilités. Notre but est de convaincre les clients de nos produits grâce à la qualité irréprochable de ceux-ci. Nous souhaitons que les clients se rendent compte des possibilités qu’ils ont au niveau de la personnalisation de leurs lunettes grâce à notre boutique. Nous souhaitons donc en quelque sorte être une alternative aux opticiens traditionnels qui n’offrent pour ainsi dire aucune possibilité de personnalisation des lunettes.

Pour cela, nous allons continuer à développer de nouveaux styles de lunettes afin d’offrir encore plus de choix au niveau des modèles. De même, nous sommes en train de voir en quelle mesure nous pouvons agrandir la gamme de couleurs disponibles ainsi qu’éventuellement proposer des motifs. Toutefois, il faut voir si cela est déjà possible à l’heure actuelle.

  • Pour finir, à titre personnel, comment voyez-vous le futur de l’impression 3D ?

Le Président américain l’a déjà dit, l’impression 3D a le potentiel de révolutionner tout ce que nous produisons à l’heure actuelle. Je suis persuadé qu’il a raison. Qu’il s’agisse du secteur automobile, médical ou encore notre secteur de la mode, l’impression 3D va tout révolutionner. Les possibilités sont pratiquement infinies, nous le voyons aussi en ce qui concerne nos lunettes. Comme je le disais déjà auparavant, nous sommes en train de réfléchir à de nombreux critères de personnalisation que nous pourrions ajouter dans un futur proche, tellement la technologie d’impression 3D évolue rapidement.

Je suis persuadé que dans notre secteur l’impression 3D a un avenir. Lorsqu’Amazon voulait vendre des livres sur internet, de nombreuses personnes en ont rigolé, ne croyant pas qu’ils seraient capables de remplacer les librairies. Aujourd’hui, ces personnes ne peuvent que constater qu’elles se sont trompées. Frame Punk est persuadé que le secteur des lunettes va connaître un changement semblable.

--
Cet article a été rédigé par +Flavien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *