Javalele : Le banjo fait à partir d’un rebut de cafetière et d’un peu d’impression 3D

Javalele : Le banjo fait à partir d’un rebut de cafetière et d’un peu d’impression 3D

En observant un bac rempli de vieux porte-filtres pour machine à expresso, John Granzow a eu une idée qui, dit comme ça, est loin d’être une évidence. L’homme s’est tout simplement dit qu’il pouvait peut-être se baser sur un des ustensiles usagers pour concevoir… un mini banjo (ou serait-ce un ukulele ?). Ça ne s’invente pas. Concrètement, le porte-filtres – qui a la forme d’une poignée – sert de cadre à l’instrument de musique en devenir, et sur lequel viennent ensuite se greffer plusieurs pièces imprimées en 3D. La plus importante d’entre elles est la table d’harmonie, qui a été préalablement modélisée de manière à ce qu’elle s’adapte parfaitement à la « chambre de résonance » de l’ustensile, qui est à la base la petite cavité servant à recueillir le marc de café.

Diverses pièces électroniques, telles que des câbles et connectiques Jack et un disque piézoélectrique, ont ensuite été installées à l’intérieur afin d’apporter du potentiel électroacoustique au banjo. Quatre cordes, quelques frettes, un pont imprimé en 3D et deux chevilles de violon sont venues compléter l’ensemble. Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, le Javalele fonctionne plutôt bien et peut même être raccordé à un ampli. Pour consulter en détail les différentes étapes de la construction de l’instrument, vous pouvez vous rendre sur cette page.

JavaleleJavalele-2

--
Cet article a été rédigé par Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *