Pour sauver une tortue, il lui imprime une carapace en 3D

Pour sauver une tortue, il lui imprime une carapace en 3D

Au départ ce n’était pas la grande forme pour Cleopatra, une tortue léopard qui à force d’être mal nourrie, avait fini par développer le syndrome de la « tortue Toblerone ». En grandissant, sa carapace avait commencé à produire des sortes d’excroissances, de petites pyramides de kératine qui pouvaient mettre en danger l’animal lorsque ses congénères venaient lui grimper dessus, une pratique courante chez les tortues. Certaines zones de la carapace étaient également en mauvais état, susceptibles d’attirer toutes sortes d’infections et de blessures. Pour éviter d’en arriver là, un ingénieux étudiant de la Colorado Technical University a décidé de créer une coquille de protection pour le reptile !

La prothèse devant s’adapter avec précision aux protubérances de la carapace, c’est donc tout naturellement vers la technologie de l’impression 3D que s’est tourné l’étudiant. Celui-ci a d’ailleurs dû passer près de 600 heures à apprendre à utiliser les logiciels de 3D qui lui ont finalement permis de modéliser parfaitement la forme de la carapace. Le modèle a ensuite été imprimé en 3D dans un matériau plastique biodégradable obtenu à partir d’amidon de maïs. La prothèse – de couleur rouge pétant – est de fait relativement légère, et ne gène en rien l’animal. Il est prévu qu’elle se fixe à terme à l’aide d’une bande velcro, de quoi assurer une protection maximale en attendant que la toute nouvelle alimentation de Cleopatra l’aide à développer une carapace plus saine.

carapace-tortue-imprimée-en-3Dcarapace-tortue-imprimée-en-3D-2carapace-tortue-imprimée-en-3D-3

--
Cet article a été rédigé par Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *