Impression 3D : Makerbot licencie 20% de ses salariés

Impression 3D : Makerbot licencie 20% de ses salariés

Conséquence à retardement de son rachat par Stratasys en 2013, la start-up Makerbot vient d’annoncer un plan de licenciement qui met à la porte 20% de ses salariés, soit une centaine de personnes. Alors est-ce pour autant un signe que l’impression 3D commence à se porter mal ? Non, car même si l’entreprise n’a pas réussi à atteindre les résultats financiers qu’elle s’était fixée avec sa maison-mère, la croissance est toujours là et la Replicator (le produit phare de Makerbot) figure toujours parmi les imprimantes 3D les plus vendues dans le monde.

La nouvelle reste donc à tempérer et consiste moins en un plan d’urgence destiné à renflouer les caisses qu’en une restructuration visant à pérenniser la société et supprimer les postes en doublon qu’il pouvait y avoir depuis son rachat. Car bien que Stratasys soit une entreprise spécialisée dans l’impression 3D industrielle, contrairement à Makerbot qui se concentre sur les particuliers, certaines compétences pouvaient se retrouver de façon redondante depuis l’acquisition. Dans un communiqué publié sur son blog, Makerbot précise que cette restructuration entraîne également la fermeture de ses trois points de vente.

--
Cet article a été rédigé par Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *